Comptable kiné, un partenaire indispensable pour les kinésithérapeutes

comptabilité pour un kiné

La loi impose à un kinésithérapeute de tenir une comptabilité qu’il exerce en société ou en libéral. Selon le type de structure qu’il a choisi, la valeur des exigences comptables et fiscales peut varier.

En quoi consiste la comptabilité pour un kiné en libéral ? 

Le métier d’un kinésithérapeute qui exerce en nom propre est assujetti à un régime des acquis non commerciaux. Dans ce cas, les obligations ou les formalités qu’il doit accomplir sont moindres. Malgré tout, envisager l’accompagnement d’un Comptable kiné peut lui être utile, voire avantageux. À vrai dire, le régime auquel est soumise la profession de kiné libéral est plutôt strict. Ceci implique une application des règles fiscales particulières à l’entreprise. Le régime micro-BNC considère notamment les revenus du professionnel. Son application au professionnel libéral a lieu seulement si les honoraires de ce dernier sont inférieurs à 32 000 euros. Il est parfois possible que ce montant s’élève sur l’année civile. Si cela se produit, l’imposition va toucher le prorata temporis, et se fera sur le principe de la déclaration contrôlée. Un kinésithérapeute en régime micro-BNC est généralement conseillé de suivre uniquement son chiffre d’affaires. Aussi, il devra faire une déclaration 2042 C PRO chaque année en avril et mai. Ainsi, il sera imposé sur la base 66 % des revenus.

Qu’en est-il pour la comptabilité du kiné en société ?

L’exercice d’une activité en société est tout à fait possible pour un kiné. Cela impliquera la création d’une SEL (société d’exercice libérale). En grande partie, cette dernière fait cadre dans un schéma des entreprises commerciales, à savoir :

  • SEL à forme anonyme (SELAFA)
  • SEL en commandite par actions (SELCA)
  • SEL à responsabilité limitée en cas d’associés en nombre (SELARL)
  • SEL par actions simplifiées (SELAS)

Un kiné qui choisit d’exercer son activité en société s’exposera aux mêmes obligations que celles des sociétés commerciales. La comptabilité des SAS et SASU ainsi que celle des SARL et EURL entreront donc en compte. Dans ce sens, le professionnel devra assurer la tenue d’une comptabilité commerciale complète. Il lui faudra aussi assurer la tenue du grand livre, le livre-journal et du journal d’inventaire. Sans oublier d’établir les comptes annuels.

Comment mener à bien sa comptabilité kiné ?

Quelle que soit la structure qu’il a choisie, le kiné peut se charger de sa comptabilité lui-même. Pour ce faire, il aura besoin de recourir à un logiciel de comptabilité. Toutefois, l’externalisation reste la meilleure option. Un comptable kiné certifié saura s’occuper adéquatement de la saisie comptable, la révision et l’établissement de la liasse fiscale. L’expert-comptable possède aussi les compétences utiles pour établir les bulletins de paie ou réaliser la déclaration personnelle du kiné. Un accompagnement professionnel constitue un moyen efficace pour solutionner toutes problématiques touchant la kinésithérapie. Le kinésithérapeute pourra ainsi se focaliser sur le suivi de ses sujets sans se soucier des comptes à rendre à l’URSSAF.